Galerie Anaphora Paris | Albert Woda
15776
page-template-default,page,page-id-15776,cookies-not-set,_masterslider,_msp_version_2.25.4,ajax_leftright,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,qode-title-hidden,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

Albert Woda

Né en 1955 à Nice.
D’origine polonaise, a vécu sa jeunesse à Nice ; formation à l’Ecole Nationale des Arts Décoratifs de Nice (actuelle Villa Arson). Vit et travaille dans les pyrénées orientales.
_
Professeur de Gravure et de Dessin à partir de 2004, à Saint-Laurent-du-Var, puis à Perpignan.
_
Peintre et graveur, crée les Editions de l’Eau en 1984 : livres d’artistes avec gravures à la manière noire ou à la pointe sèche sur des textes de :
– Tal Nizan (“Deux fois le même nuage”, 2016)
– Zéno Bianu (“La vie de ton visage”, 2006 ; “Just like a women”, 2015)
– Tephen Romer (“Retour au Centrum”, texte français-anglais, 2011)
– Luis Mizon (“Voyez comme je mens encore honteusement”, Editions de Rivières, 2009)
“Les souvenirs d’une tour en flammes” (2011), “La plage sans nom” (2018)
– Laurine Rousselet (“Amaliamour”, 2010)
– Salah Stétié (“Ouvrir”, 2005, “La Grande Barque”, 2009)
– Charles Greiveldinger-Winling (“Le Jardin des Roses” Ed. bilingue français-catalan, 2008)
_
Aux Editions Alternatives : livres sur textes de :
– Jacques Lacarrière (“Contre-Nuits”, Paris 2004)
– Franck Lalou (“Tes seins sont des grenades, pour en finir avec le Cantique des Cantiques”, 2003)
_
Illustrateur aux Editions Al Manar
_
Participe régulièrement au Salon Page(s), Salon de Bibliophilie à Paris
_
Expositions personnelles :
– Musée Paul Valéry à Sète (2016)
– Galerie Thérèse Roussel à Perpignan (2012)
_
Expositions collectives à la Galerie Anaphora :
– 2016 : Petits formats pour Grands voeux 2016
– 2017 : Le Passage dans tous ses Etats (et participation au Portfolio III)
– 2017 : Petits formats pour Grands voeux 2017
– 2018 : Passage et Polyptyque
– 2018 : Petits formats pour Grands voeux 2018
– 2019 : D’un Passage à l’autre : continuités et ruptures
– 2019 : Petits formats pour Grands voeux 2019

 

“L’essentiel pour le peintre, fils en cela de l’immense Cézanne, est – une fois l’émotion accumulée dans son âme comme une nappe d’eau (Woda veut dire Eau en polonais) – de nettoyer ses pinceaux et ses godets, de nettoyer ses yeux aussi pour en faire des miroirs de clarté, de s’installer face à l’arbre, à la personne à portraiturer, au paysage déployé ; et plus tard, si besoin est, il reviendra à tous ces motifs par la médiation des photographies sincères qu’il en aura prudemment faites” écrit le poète Salah Stétié sur l’artiste.